Le silence...

IMG 0095 (1)


Donne-nous, Seigneur, la grâce de faire silence. 

Apprends-nous la valeur irremplaçable, nécessaire, vitale, du silence.

Quand tu nous auras fait goûter cette grâce,

donne-nous de garder le silence comme le bien le plus précieux que tu nous fais.

Garder le silence, c'est veiller sur ses pensées, son imagination, ses désirs, ses projets 

pour les laisser à l'écart de tout jugement, de toute activité intellectuelle, afin de t'écouter, Seigneur.

Veiller ainsi, c'est vouloir, d'une volonté d'amour, mettre en veille tout ce qui nous constitue, 

tout ce qui nous tisse depuis notre conception jusqu'à aujourd'hui, afin d'être disponible à ta venue, Seigneur. 

Etre soi-même, sans être tenu par rien de soi-même 

afin d'être en tout soi-même, disponible à toi seul, Seigneur.


Tu nous laisses ainsi veiller longtemps dans le silence, Seigneur, 

afin de nous établir comme d'authentiques veilleurs. 

Authentiques, parce que de plus en plus pauvres d'eux-mêmes.

Soutiens ma foi, Seigneur, dans cette veille, 

afin que je t'aime assez pour croire que cette épreuve du silence est l'œuvre de ton amour pour moi.

Garde-moi, Seigneur dans l'espérance de ta venue, certaine et promise, 

 afin que j'accepte humblement et patiemment ce lent détachement de tout moi-même.


Lorsque tu m'auras fait assez pauvre de moi-même pour être libre du seul désir de toi, 

donne-moi, Seigneur, d'attendre encore ta venue. 

Donne-moi assez de foi pour croire que si tu tardes encore à te faire connaître 

c'est pour faire de mon cœur l'écrin très pur et très pauvre qui pourra recevoir la grâce inouïe de ta Parole d’amour.

Cette parole unique que tu veux me dire aujourd'hui pour que je sois un peu plus à toi. 

Toi en moi et moi en toi.


Alors Jésus quand la rencontre sera faite, 

quand du plus profond, du plus intime de moi-même, tu auras prononcé ta Parole de liberté et d'amour, 

donne- moi, Seigneur, la grâce de demeurer dans le silence

pour garder cette parole comme l'enfant est gardé dans le sein de sa mère.

A l'exemple de Marie "silence où la Parole habite » 

ta parole en mon cœur illuminera, transfigurera tout mon être, 

mes sens et mon intelligence, mon imagination, mes désirs et mes projets, mon cœur et mon corps.


Accorde-moi, Seigneur, de ne pas reprendre ce que tu m'auras demandé d'abandonner de tout cela, 

mais seulement d'épouser "ta sainte volonté qui ne saurait m'égarer ». 

Ainsi devenu un peu plus moi-même, 

parce qu'un peu plus toi en moi, donne-moi, Seigneur, 

de demeurer en état de veille par la grâce du silence 

et de revenir souvent à cette solitude bienheureuse et silencieuse

pour un cœur à cœur avec toi seul, Seigneur.

Octobre 1998. A l’orée d’une retraite

 

aie© Fr. Jean-Dominique 2017