http://notredamedelatrinite.fr/sitemap.xml.gz

Au souffle de l'Esprit Saint, François d'Assise

Homélie pour la fête de Saint François d’Assise            Avignon /4 Octobre 2010

Fr. Jean-Dominique DUBOIS, ofm

 

St François Résurection de Jésus Fr.Angelico

Qu'est-ce donc qui nous attire tant en François d'Assise ? Quel est le secret de cette vie donnée à Dieu qui, en quelques vingt années de conversion, fit très vite courir le monde entier ? Déjà Frère Masseo posait la question à son Père François. Or le succès de huit siècles de l'histoire du Petit Pauvre n'était pas encore au rendez-vous. Tout a été dit, écrit, sur la question. Que peut apporter de neuf un franciscain prédicateur de plus ?

 

François a été saisi par le Christ et s'est laissé saisir par lui à une profondeur peu commune. François nous séduit et nous attire. Il nous fascine pourrait-on dire. Nous voulons vivre la folie de le suivre. Mais force est de constater dans nos vies que la peine est au rendez-vous. Car François nous échappe. Il ne se laisse point saisir ni dans la vie du meilleur de ses fils ou de ses filles, ni dans la plus belle ou la plus pure forme de vie qui pourra naître de son charisme. François est un fils du vent, ce vent qu'est l'Esprit Saint. "Tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va…" dit Jésus à Nicodème (Jn 3, 8). François a laissé chanter Dieu dans sa vie, par pure grâce, autant que ses limites humaines et son péché le lui ont permis. Il a montré la route et ne l'a enfermée dans aucune forme humaine de vie en société ou dans un quelconque modèle de pauvreté. François est insaisissable. Le fondateur dépasse infiniment son Ordre comme toute forme de vie née de lui. Personne ne peut prétendre mettre la main sur lui, car François n'a voulu rien d'autres pour ses compagnons, ses frères et ses sœurs, qu'une seule et unique chose : que chacun désire par-dessus tout avoir l'Esprit du Seigneur et sa sainte opération (2 Reg 10, 8). Ou encore, ce qui est équivalent : suivre les traces de Notre Seigneur Jésus Christ, dans sa pauvreté et son humilité (1Reg 9, 1). La pauvreté ici n'est pas un programme de misères à vivre ou de souffrances à rechercher. Celles-ci sont à soulager dans le monde partout où elles se trouvent. L'Evangile est très clair à ce sujet. La pauvreté et l'humilité sont ici une personne vivante, Jésus le Ressuscité, le Véritable, le Chemin et la Vie qui cherche à revivre à travers chacun de nous son itinérance d'amoureux du Père et des hommes…

Voilà un programme inimaginable, presqu'incroyable, qui a fait trembler le Pape Innocent III. Comment pouvait-on accepter dans l'Eglise un Ordre de religieux qui, au fond, ne voulait pas d'autre Ministre général que l'Esprit Saint ? La Sagesse de l'Epouse de Jésus, l'Eglise, comme la sagesse de François, sagesse identique en l'occurrence, n'a pas accepté d'autres médiations que celle de l'obéissance au médiateur institué par Jésus Christ, le ministère de Pierre et de tous ses collaborateurs, ainsi que la médiation du service de l'autorité au sein de la Fraternité des Frères Mineurs.

Redoutable exigence donc pour chaque frère de prétendre vivre de l'Esprit Saint s'il n'est pas attelé au travail ardu de la conversion et de la pénitence au grand Soleil de l'Evangile sous le souffle purificateur de l'Esprit.

Redoutable exigence pour toute autorité de l'Eglise et de l'Ordre que de devoir discerner l'opération du Saint Esprit dans la vie des Frères pour les laisser surfer sur les vagues de l'océan divin de l'Evangile au souffle du seul Esprit de Dieu.

 

Le secret de François, la clé de son succès, n'est pas même d'avoir proclamé ces vérités brûlantes de l'Evangile que je viens de nommer. C'est de les avoir vécues à mains nues en ne cherchant rien d'autre que d'être uni à Jésus Christ par tous les pores de son cœur et de sa peau jusqu'à en recevoir les stigmates de la Passion.

A la manière de Saint Paul, la croix de Jésus Christ était pour François son seul orgueil. Le monde qui vit sans Dieu était crucifié pour le Petit Pauvre. Quant à lui il était crucifié pour ce monde qui méconnait Dieu.

La croix, la sagesse de la croix, voilà le terrible secret de François. Un secret inexplicable, qui dépasse l'entendement humain et que seul l'Esprit Saint peut enseigner à celui qui contemple inlassablement le visage du Crucifié Ressuscité en acceptant de se perdre en Lui, de s'offrir tout entier à Lui.

Pour parler de ce secret les théologiens sont bien obligés de se référer à la théologie vécue des saints comme François d'Assise. Et encore, devant ce secret ces mêmes théologiens balbutient... Car cette sagesse n'est révélée qu'aux tout petits de cœur et d'âme, qu'ils soient grands ou petits selon le monde. Ne connait ce secret que celui là seul qui accepte d'en vivre en vérité à égalité avec Jésus.

Redoutable chemin de dépouillement intérieur et extérieur qui peut faire trembler le plus robuste des humains. Chemin qui ne cesse cependant de nous séduire tant nous percevons secrètement qu'il est la seule voie qui conduit sur la terre des Vivants.

 

Dans une oraison enflammée, à la fin de sa lettre à tout l'Ordre, François nous parle du secret de sa vie.

« Dieu tout-puissant, éternel, juste et miséricordieux, donne-nous (c'est un don…), à nous misérables, à cause de toi-même, de faire ce que nous savons que tu veux et de toujours vouloir ce qui te plaît, afin qu'intérieurement purifiés, intérieurement illuminés et embrasés du feu de l'Esprit Saint, nous puissions suivre les traces de ton Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, et par ta seule grâce parvenir jusqu'à toi, Très Haut, qui, en Trinité parfaite et en simple Unité, vis et règnes et es glorifié, Dieu tout–puissant, pour tous les siècles de siècles. Amen »

La première étape de cette prière est ce que sainte Thérèse d'Avila appellera la chute du point d'honneur : reconnaître que par nous mêmes nous ne sommes que misères, que, selon saint François nous n'avons à nous en propre que nos vices et nos péchés, donc commencer par mettre notre orgueil et notre amour propre au feu purificateur de l'Esprit Saint.

Chercher ensuite la seule volonté du Seigneur sur notre personne sans vouloir faire du copier coller de qui que ce soit, mais simplement pour suivre avec passion les traces de Jésus qui marche avec nous, au milieu de nous et qui pleure d'avoir si peu d'amants de sa Croix et de son Esprit Saint…

Laisser cet Esprit opérer la mystérieuse divinisation de notre être en le purifiant, l'illuminant, et l'unissant à la source divine qu'est le Père pour manifester à tous que Dieu seul est bon et que tout homme, en Jésus, est follement aimé…

François, notre Père et notre Frère, vient nous enseigner la sagesse lumineuse de la Croix car le monde a soif du Dieu Vivant …

© Fr. Jean-Dominique 2017